About Us

Founded in 2010 by Nicolas Penel (violin), Laurent Galliano (viola) and Mathieu Rouquié (cello), the Ensemble Fratres works in collaboration with the luthier and bow maker Luc Breton, whose experience and knowledge forged its sound homogeneity and artistic taste.
 
After over 300 concerts, the Ensemble Fratres presents an engaging music. It performs at the Flandres Festival (Bruges, Maasmechelen, Anvers), AMUZ festival (the complete quintets of Boccherini for two cellos, Antwerp - 2010), Printemps des Arts (Nantes), Spiritual Concert Foundation (Warsaw - Poland), RadialSystem V (Berlin), Thüringer Bachwochen (Erfurt), Händel Festspiele (the program combines early music and electroacoustic music, Halle - 2011). 
And with renowned musicians, such as Marie-Claude Chappuis, Maria Espada, Nicolau De Figueiredo, Vittorio Ghielmi, Margret Köll, Barthold Kuijken, Roberta Mameli, Carlos Mena, Dorothee Oberlinger, Luca Pianca, Arianna Savall and the Ensemble Zefiro.
Chosen as a residency artist of the Amarcordes musical season (Geneva, Switzerland), Ensemble Fratres holds numerous concerts between 2010 and 2014, especially with the project Bach Filiation (performance of the entire works of J.S. Bach). With the lutenist Luca Pianca, Fratres performed in 2017 Claudio Monteverdi’s « Combattimento di Tancredi » for the LAC Lugano Arte e Cultura of Lugano (Switzerland); and in 2018, the Ensemble participated in the re-creation of Baltic works of the twentieth century (A. Pärt, E. Esenvalds, P. Vasks) for string orchestra, and on period instruments, conducted by Swiss Radio Television’s director Pascal Crittin.
 
The Fratres musicians share an ardent passion for music pronunciation, on any instrument, thanks to a true coloured vocabulary (vowels) and attacks (consonants). "Hissing, whistling, scratching, glissandi and other temperamental games, invite themselves into their performance, thanks to appropriate techniques and special instruments, made to speak in this way. With this musical language, nourished by diversity and contrast, breath-taking, unpredictable and welcoming, we discover a swing, a harmonic and rhythmic life, little in today’s classical music style: a proposal that surprises and must surprise." Francesco Biamonte, RTS.
 
The Fratres Ensemble is available in variable formations, ranging from trio to the pre-romantic orchestra. In its repertoire, baroque works, and also performance of classical and romantic works, both in chamber music and in orchestral layout : Pergolese (Stabat Mater), Purcell (Didon & Énée, Abdelazer, Suite, Fantaisies), Telemann (Suites), Bach (Concerti, Mass in B, St-Matthieu and St-Jean Passion, Christmas Oratorios), Vivaldi (Concerti, Stabat Mater, the four seasons), Haendel (Messiah), Haydn (trios and string quartets, The Creation), Boccherini (quintets, Stabat Mater), Mozart (trio Divertimento, quintets, Requiem, Coronation Mass), Schubert (quartet, quintet, octet, Mass in Eb), Brahms (sextet), as well as Schostakovich (quartet) and Jean Cras (string trio).
In 2013, Hanspeter Oggier (Panflute) invites the Ensemble Fratres for his project to record a CD devoted to the flute concerti (Vivaldi and G.P. Telemann). This record is published under the Brilliant Classics label in two volumes (2015 and 2016). The Ensemble Fratres then record a chamber music album in 2014, dedicated to W. A. Mozart’s two violas string quintets with a release date planned for april 2020.
 
A new recording is made in 2018 with the organist and choirmaster Daniel Meylan for the Hortus House, about the Lutheran Vespers. The Ensemble Fratres won the First Prize at the Chamber Music Competition of the Friends and Former Students Association of the Geneva High School of Music(2005) and holds a diploma of the Geneva High School of Music (string quartet’s class of Gabor Takacs-Nagy, 2006).  It won the First Prize in the Musica Antiqua Chamber Music Competition in Bruges (2006) and an Honorary Diploma at the International Chamber Music Competition "Joseph Joachim" in Weimar (2005).

CONCERTS PROGRAMS

VIOLAS AND ITS CONFIDENCES

Quintets with Two Violas
The two violas quintets were born in the early 1760s in Austria. This formation will find great minds to amuse themselves: Pleyel, Boccherini, Albrechtsberger, Hoffmeister, Zimmermann, Beethoven. But it’s with Boccherini (who devoted it over a hundred works) and mostly with Michael Haydn that it will launch beautifully (with its Notturni from 1773). Admirable and prophetic pages that will inspire young Mozart his first quintet with two violas.
 
Mozart precisely, who, having made the viola his favorite instrument, will find, excelling in the composition for this new formation, an elegant way of honoring his Master Joseph Haydn (king of the string quartet). He will repeat it six times.
 
The Ensemble Fratres offers two of the most important pieces in the Mozartian repertoire, cited as essential in chamber music literature, even if they are much less well known than its quartets.This is also one of the reasons that led to the recording of an album. The recording took place in December 2014 and will be released shortly.
 

  • Quintet no 4 K. 406
    Allegro – Andante – Menuetto in canone,
    Trio in canone al roverscio – Allegro
     
    Quintet no 5 K. 593
    Larghetto, Allegro, Larghetto – Adagio – Menuetto,
    Trio – Allegro
  • Duration of the concert: around 60’
    String quintet: 2 violins – 2 violas – 1 cello
  • L’ALTO
    L’alto débute sa carrière au XVème siècle. D’abord dissimulé au cœur de l’orchestre, il prend de l’assurance dans des formations moins nombreuses : la musique de chambre lui va si bien ! Instrument emblématique du quatuor à cordes, il se propage rapidement à d’autres métissages. Véritable parallèle du couple éternel des deux violons, les deux altos apportent leur tonalité chaude et grave aux confidences des compositeurs et conviennent particulièrement bien quand celles-ci se font tragiques.
     
    « Ce n’est pas aux extrêmes de l’aigu et du grave que l’alto s’exprime le mieux, mais dans les entrailles du bizarre. »
    (Catherine De Poortere, rédactrice)
  • Quintette n°4 en Ut mineur K406
     
    Il s'agit d'une transcription que Mozart réalise lui-même d’une autre de ses compositions : la Sérénade en ut mineur pour 8 instruments à vent K388, composée en 1782. Un exercice réussi, dont la teinte expressive propre aux instruments à vents subsiste, mais bel et bien interprété sur des instruments à cordes frottées. C’est une œuvre dramatique, austère, tendue, intensément subjective, se situant aux antipodes de toutes les conventions musicales, expressives et sociales du genre, tant par sa tonalité tragique que par la rigueur de son écriture contrapuntique. Avec cette transcription, Mozart aurait perçu une nouvelle révélation des possibilités insoupçonnées de la formation à deux altos qui ne se pratiquait plus depuis 14 ans, mais d’où naîtront rapidement les deux chefs d’œuvres suivants, les K515 & K516.
     
    Quintette n°5 en Ré Majeur K593
     
    Durant l’année 1790, vaincu par la misère, la maladie, la solitude et le découragement, Mozart s’est enfoncé dans un marasme douloureux. Rentré à Vienne, il opère un redressement foudroyant et, dans un sursaut vital, accumulera les chefs d’œuvres à un rythme étourdissant durant les douze mois qui lui restent encore à vivre. Ce quintette date de décembre 1790. il est le tout premier fruit de cette résurrection créatrice !

PANFLUTE CONCERTOS

Antonio Vivaldi
Entrusting the Vivaldi concertos for solo voice to the panpipes may seem, at first glance, an unusual approach; at first glance only.
 
Indeed, it is fully justified from a historical point of view, because the panflute - generic name given to any flute composed of a beveled pipe assembly - precisely finds a part of its European origins in the seventeenth century, particularly under the shape of the Romanian Nai; Although the flute of Pan was originally intended for popular music, its use in the performance of Baroque "scholar" repertoire is none the less legitimate and happy.
 
Far from distorting the work of Vivaldi, the panflute gives it the bright and warm colouring that corresponds to this masterpiece.
 

  • G. Ph. Telemann (1681-1767)
    Suite in a minor, TWV 55:a2 for Flûte, strings and continuo
    Suite "La Bizarre" G Major, TWV 55:G2, for strings and continuo
     
    Antonio Vivaldi (1678-1741)
    Concerto "Il gardellino" in D Major RV 428
    Concerto for two violins and strings in a minor RV  522, from l'Estro Armonico
    Concerto "La notte" in g minor RV439 
  • Duration of the concert: around 90’
    9 musicians: panflute  – 2 violins – viola – cello – doublebasse – harpsichord –  theorb – harp

     

  • On sent chez Telemann l’usage libre et raisonné d’une palette infinie de couleurs harmoniques, rhétoriques, mélodiques et rythmiques. Tout est là, à portée de main, et sans abus; ce qui fait que même lorsque le compositeur se fait peintre caricatural, comme dans la suite ‘la Bizarre’, et la suite en La Mineur, rien n’est excessif, rien ne laisse à désirer: synthèse et vagabondage… ici, une rudesse mélodique, qu'une grâce tempère aussitôt, et pareillement dans les dialogues concertants, où toute surprise peut survenir, qui reste toujours harmonieuse.
     
    Ce programme réunit également un ensemble de pièces parmi les plus virtuoses que Vivaldi ait écrites pour la flûte. Deux chefs-d’œuvre de la musique figurative du maître italien : La Notte, d’abord, qui évoque tantôt les affres d’une nuit agitée, peuplée de spectres, tantôt l’apaisement et le sommeil profond ; Il Cardellino, ensuite, où la flûte virevoltante imite le chant enjoué du chardonneret. Ce programme est complété du Concerto RV 522 pour cordes issus de L’Estro Armonico.

BOCCHERINI IN SPAIN? THE GUITAR!

Quintets with guitar by Luigi Boccherini
La ronde de nuit (Rembrandt, 1642)
« If God wanted to speak to men through music he would do it with Haydn's works; yet if he wanted to listen to music himself, he would decide for Boccherini.»
Jean-Baptiste Cartier (1798)
 
It is for the Marquis de Benavente, a wealthy amateur and protector, that Boccherini arranges some of his quintets, between 1798 and 1799, for string quartet and guitar. Discovering the popular Spanish music, probably since his arrival in Madrid in 1768, he will adorn his work with many references to the rhythms of dance (fandango, séguédille) or local musical modes (Andalusian ranges). The resources of the guitar, so familiar to Boccherini, are naturally presented in the spotlight of his chamber music.
 

  • Luigi Boccherini (1743-1805)
     
    Quintet with guitar n° 1 G.445
    String quartet Op.32 n°4
    Quintet with guitar n° 9 « Ritirata di Madrid » G.453
  • Duration of the concert: around 60’
    Quintet with guitar: guitar - 2 violins - viola - cello
  • Dans la célèbre « Ritirata di Madrid », adaptée d’après un quintette à deux violoncelles, Boccherini imite le va et vient de la ronde militaire de nuit, amenant le couvre-feu et la fermeture des rues. 
     
    Boccherini a écrit à son propos : « Il faut s’imaginer assis à côté de la fenêtre lors d’une nuit d'été dans un appartement de Madrid et que la troupe ne peut être entendue que de loin dans une autre partie de la ville, si bien qu’il faut commencer à jouer assez doucement. Lentement, la musique grandit de plus en plus jusqu'à ce qu'elle soit très forte, indiquant que la ronde de nuit passe directement sous la fenêtre de l'auditeur. Puis, progressivement, le volume diminue et redevient faible comme la troupe s'éloigne dans une rue lointaine. »
     
    Pour interpréter cette musique pleine de surprises et d'inventions, l’Ensemble Fratres a le bonheur de s'associer de nouveau avec le grand luthiste et guitariste Luca Pianca, fondateur d’ « Il Giardino Armonico », bien connu pour ses collaborations avec, entre autres, Nikolaus Harnoncourt, Cecilia Bartoli ou encore Vittorio Ghielmi. 
     
    Sur ce projet, ils retrouvent un terrain familier, une passion pour la recherche musicale fondamentale et un vif esprit d'innovation.
  • LUTHISTE & CHEF D’ORCHESTRE
     
    Luca Pianca est né en Suisse à Lugano. Il a fait ses études musicales à Milan et Salzbourg avec Nikolaus Harnoncourt. En 1982 il commence une collaboration avec  le « Concentus Musicus Wien » qui continue encore aujourd’hui. Il est le co-fondateur d’ « Il Giardino Armonico », applaudi comme l’une des toutes premières formations pour l'interprétation de la musique baroque italienne. Il est aussi partenaire de nombreux chanteurs comme Cecilia Bartoli, Eva Mei, Christoph Prégardien, Georg Nigl et des instrumentistes comme Viktoria Mullova ou encore Albrecht Mayer.
     
    Luca Pianca a enregistré plus de cinquante disques, incluant les œuvres complètes pour luth de Jean Sébastien Bach et Antonio Vivaldi. Il forme également un duo très prolifique avec le gambiste Vittorio Ghielmi, invité régulièrement pour des tournées en Europe et aux Etats-Unis. Il a joué dans les plus importants festivals, théâtres ou saisons de concerts (Salzbourg, Lucerne, Schleswig Holstein, Mito, Wiener Festwochen, Deutsche Philharmonie, Theater an der Wien, Opernhaus Zürich, Teatro alla Scala, Wigmore Hall, Lincoln Center, Carnegie Hall in New York, Oshi Hall in Tokyo) et Sir Simon Rattle l’a invité pour donner la Passion selon Saint-Jean avec le Berliner Philarmoniker.
     
    Depuis 2008 il dirige le cycle Bach au Konzerthaus de Vienne, donnant l’intégrale des cantates de Jean Sébastien Bach avec son propre « Ensemble Claudiana » et les « Wiener Sängerknaben », impliquant tout aussi bien des chanteurs reconnus que des jeunes musiciens talentueux. Déjà presque quarante cantates ont été données en concert.
     
    Luca Pianca a également collaboré avec l’icône rock Sting.

STRING QUARTET

The Art of The Difference
Hommage à J.S. Bach (Georges Braque, 1950)
With this program, Fratres returns to its basics: the string quartet and the interpretation of music from various eras.
 
Thanks to an art of interpretation that he has sharpened over the years, the ensemble makes Bach swing, gives Haydn all its nobility and highlights the apparently still serene character of a young Shostakovich.
 

  • J.S. Bach (12’) // The Art of Fugue BWV 1080 (extracts)
     
    J. Haydn (48’) // String quartet op.76 n°1 and n° 3 « Emperor »
     
    D. Shostakovich (15’) // String quartet n°1, op. 49
  • Duration of the concert: 75’
    String quartet: 2 violins - viola - cello

ORIENTALES

Exchanges with the West
Panthée conduite devant Cyrus (1630) – La Hyre
Today, for an auditor, the score and its notes are the landscape of music. Whereasthe musician sees his page of music revealed between his dream and his ears.
 
Formerly, the herdsman, with his reed or his elder pipe, cut when it was in sap, unfolded his sounds only by the vision of the landscape ... So much so that his “melopée” was word of gratitude for the surrounding beauty.
 
It was a jubilee of the five senses. The Orient is not only Turkey but also the Balkans, Greece, Romania, mysterious regions of transition and bathed in antiquity. The Duduk, the Armenian instrument, reminds us today that the Orient is only a continuous discourse, a meditation on nature. Orientalism is a memory of this happy old age..
 

  • H. Purcell (1659-1695) // Suite « Abdelazer » (Z570 - 1676) inspired from the scene "Abdelazer or the Maure's revenge" 
    G.P. Telemann (1681-1767) // Suite in A Major (TWV 55:a2) and his suite of dances
    J.P. Rameau (1683-1764) // Indes Galantes, extracts 
    Jean Cras (1879-1932) // Trio à cordes (1926) memories of the East brought back by this outstanding sailor
    C. Debussy (1862-1918) //Syrinx - la flûte de Pan (L.129 - 1913)
    Suite Folklorique Roumaine //"Cintec de Leagan", "Dea Lungul", Sîrba and the famous Ciocîrlia (Eastern Turkey) 
    J.B. Lully (1632 – 1687) // Le Bourgeois Gentilhomme (1670) « Marche pour la Cérémonie des Turcs »
    Carl Nielsen (1865 – 1931) // Suite Aladdin (1919) « Orientalischer Festmarsch », « Der Marktplatz in Ispahan »
    A. Vivaldi (1678 – 1741) // « Il Grosso Mogul » -  Op.7 N°11, RV208 - Recitativo Grave
  • Duration of the concert: around 90’
    6 musicians : panflute - 2 violins - viola - cello - harpsichord
  • L’occident, lui, ne peut oublier la présence menaçante du sultanat sur les bords de Vienne et Soliman le Magnifique (1495 - 1566), un homme de la Renaissance, avec qui François 1er fait alliance en 1536. Sous Louis XIV, sera reçu un émissaire de Mehmed IV, sultan de l'Empire ottoman.
     
    Ainsi l’exotisme, et la peur tournée en ridicule, permit de faire éclore : en littérature, le Bourgeois gentilhomme de Molière (1670) avec célébration turque et personnage du grand mamamouchi, les Lettres persanes de Montesquieu (1721) ; et en musique, les ballets des Maures, des Égyptiens, les « canarias » et autres instruments à la turque, proposés par Lully. Purcell s’en fait l’écho pour les rois d’Angleterre, et Rameau y mêle l’esprit des lumières, où l’autre n’est plus à craindre quand on peut l’admirer : le bien et le mal étant partout dans les hommes, tous égaux. 
     
    Telemann est peut-être le premier compositeur à adopter une attitude d’ethnomusicologue et à assimiler les rythmes de danses populaires, avec la poésie des mélodies rurales et folkloriques hongroises et roumaines, amenant l'auditeur à vagabonder dans les paysages magiques et poétiques magyars. Il inaugure une source d’inspiration qui mènera à Chopin en Pologne, Bartok en Hongrie, Joseph Canteloube en France, et tant d’autres. 
    Entre la vraie mélodie ethnique et les parfums imaginaires, la frontière est bien mince, et Jean Cras, qui mêle parfums et senteurs d'Afrique et d'Orient rapportés de ses grands voyages, n’est pas bien loin du Ravel hispanisant ou d’Albeniz renationalisant le paysage musical fantasmé. 
     
    De même Debussy représente le faune pan mallarméen jouant les roseaux qu’il a liés, une dernière fois avant de mourir. Est-il le dernier créateur qui palpe encore l’émotion païenne d’être là vivant, à se sentir en osmose dans le paysage du monde ?
    Rêve debout. // Auteur : Cédric Constantino

A EUROPEAN GETAWAY

String Trio and Panflute
Mathieu Rouquié, Laurent Galliano, Hanspeter Oggier, Maxime Alliot
Entrusting the soprano part to the panflute in a string quartet can seem far-fetched. Although this sonority does not seem to be obviously related to western music, the Panflute does have certain origins deeply rooted in Europe since ancient Greece.
 
Hence the legitimate challenge of inviting it to scholarly music, playing with the composers’ traditional freedom of the time, to assume unprecedented and breath-taking performances of great scores.With its felted tone, though intense, it comes, at the edge of the mouthpieces, to marry the shimmering murmurs of the gut-rubbed ropes.
 
With this bright and colourful idea, Ensemble Fratres and Hanspeter Oggier (Panflute) continue their musical journey initiated with the album 'Vivaldi Concerti' (Brilliant Classics, 2015).
 

  • J. Haydn (1732-1809) // Quartet Op.1 n°4
    W.A. Mozart (1756-1791) // Quartet KV370
    C. Janequin (1485-1558) // Le Chant des Oiseaux 
    B. Bartok (1881-1945) // Danses Populaires Roumaines
    C. Debussy (1862-1918) // Syrinx - la Flûte de Pan
    J. Strauss (1804-1849) // Freuden-Grüsse, Walzer « Überall gut, in der Heimat am besten »
    H. Purcell (1659-1695) // Ground - Sir Anthony Love or The Rambling Lady

    and a choice of traditional rumanian music 

  • Duration of the concert: between 60’ and 90’
    Quartet with panflute : panflute - violin - viola - cello
  • FLÛTE DE PAN
    Né en Valais, Hanspeter Oggier commence l’étude de la flûte de Pan dans son canton d’origine avant de bénéficier, à partir de 1996, de l’enseignement du maître Simion Stanciu « Syrinx » à Genève. Dès 2002, Hanspeter Oggier poursuit sa formation entre Genève et Zurich à la Société Suisse de Pédagogie Musicale (SSPM) et obtient, en 2006, un diplôme d’enseignement (classe de Simion Stanciu Syrinx). Lauréat de la Fondation Kiefer Hablitzel en 2007, il décroche l’année suivante un diplôme de concert (classe de Kiyoshi Kasai) et sort un premier enregistrement chez Musica nobilis, intitulé Arpeggione, en collaboration avec Marielle Oggier (flûte) et Mathias Clausen (piano). Il achève sa formation musicale à la Hochschule Luzern-Musik par un Master of Arts mit Major Performance Klassik Panflöte (2010) auprès de la flûtiste Janne Thomsen.
     
    Hanspeter Oggier mène à la fois une carrière de chambriste et de soliste : il a notamment participé à la série de concerts Musik an der ETH (2009), a entrepris des collaborations fructueuses avec l’Ensemble Fratres (2010 et 2014), ou encore s’est illustré au Flötenfestival Freiburg (2013), à l’invitation de la Deutsche Gesellschaft für Flöte. Parallèlement à ses activités de concertiste, il enseigne la flûte de Pan à la Hochschule Luzern-Musik.
     
    Si Hanspeter Oggier montre un intérêt tout particulier pour la musique contemporaine dédiée à son instrument, entretenant d’étroites collaborations avec de nombreux compositeurs, la musique ancienne est devenue, au fil des années, la pierre angulaire de son travail de « chercheur-interprète », notamment à la suite de ses rencontres décisives avec l’ingénieur du son Jean-Daniel Noir, avec le claveciniste et pianofortiste Michel Kiener et avec le luthier et musicologue Luc Breton. Il est d’ailleurs l’un des seuls flûtistes de Pan à jouer sur des instruments accordés suivant un « tempérament baroque ». Hanspeter Oggier travaille beaucoup dans une direction, similaire à celle de l’Ensemble Fratres, qui consiste à intégrer autant que possible les caractéristiques du langage commun dans le langage musical, en s’inspirant notamment de la volonté permanente des musiciens de la Renaissance et de l’époque baroque d’imiter la voix humaine ainsi que de témoignages issus de la musique traditionnelle.

A FREE SPIRIT

String Trio
Trois musiciens (Pablo Picasso, 1910)
A string trio concert perfectly represents the Ensemble Fratres’s musical values.Freedom and equality first: in compositions that embellish the three instruments, all the musicians can express themselves freely.
 
The dialogue between the violin, the viola and the cello is even more exciting.
 
Then, eclecticism and curiosity, because if Mozart and Beethoven are familiar to us, Dohnányi and Cras are composers who deserve to be (re) discovered or as no man is a prophet in his country, it is rare to hear in concert the music of the Swiss composer Volkmar Andreae Program to compose with the choice of following works.
 

  • Program to compose with the choice of following works:

    W.A. MOZART // Divertimento K.563
     
    L.V. BEETHOVEN // Trio op. 9 n°3
     
    E. DOHNÁNYI // Sérénade op.10
     
    J. CRAS // Trio à cordes
     
    V. ANDREAE // Trio à cordes op.29
  • Duration of the concert: from 75' to 90'
    String Trio : violin - viola - cello
  • Le Divertimento de Mozart est un chef d'œuvre unique, c'est son seul trio à cordes et sa plus longue composition de musique de chambre. Mais sa maîtrise technique et sonore est telle que la longueur ne devient jamais un but en soi; chaque mouvement est parfaitement proportionné par rapport à l'ensemble et Mozart maintient une remarquable égalité de traitement des voix. Dernier trio à cordes composé par Beethoven, le trio en ut mineur est dominé par un pathos et un sentiment de souffrance, il semble déjà aspirer à la logique implacable qui caractérisera ses compositions symphoniques de même tonalité. C'est une œuvre très condensée qui fut bien accueillie par le public jeune de l'époque mais ne suscita pas l'admiration des partisans de Haydn.
     
    Il faudra attendre Dohnányi et sa Sérénade, composée en 1902, pour retrouver un trio à cordes aussi exigeant et élégant que les deux précédents. Dohnányi est ici dispensé du respect strict d'une forme classique, et peut laisser libre cours à son invention mélodique. En cinq épisodes alternant mouvements rapides et virtuoses et moments d'intense lyrisme, il renouvelle un genre disparu depuis Beethoven. Un peu plus tardif (1926) le trio composé par Jean Cras nous emmène en voyage. Cet officier de marine n'a pas son pareil pour retranscrire dans ses compositions les ambiances sonores de ses nombreuses escales et voyages autour du monde. L'exotisme et le dépaysement sont au rendez-vous.
     
    Compositeur également méconnu, Volkmar Andreae a dominé la vie musicale suisse pendant presque un demi-siècle en tant que chef d'orchestre de la Tonhalle de Zürich de 1906 à 1949 et directeur du Conservatoire de la même ville de 1914 à 1939. Parmi ses nombreuses compositions, le trio à cordes opus 29, d'un style post-romantique très abouti, vient compléter judicieusement le répertoire de cette formation.

THE FINEST OF THE CELLO

Quintets with two Cellos
Luigi Boccherini en 1765-1768
à son arrivée en Espagne
The cello and its characteristic finery: its warm and ample tone evoking the human voice and its intriguing, light and whimsical sounds...
 
We owe them without hesitation to Luigi Boccherini! A genius of the bow and writing! No wonder, like Mozart with his quintets with two violas, that we owe him this new formation (quintet with two cellos) and for which he wrote nearly one hundred and thirteen works.
 
The opportunity to wander, widely, in his magic evocations of birdsongs (Uccelliera), hunting parties where the call of the chirps to the hunting horn sound far away (I pastori e il cacciatori), or even those cracklings of wood fires, of these unimaginable and arid heat of the Iberian folklore...  to the exalted features of the new and dapper German "Sturm und Drang". 
From here to knock on the door of Franz Schubert and his quintet with two cellos in C major D956, there is only one step!
 
All the inventiveness, the freshness and the inspiration of a sparkling musician are revealed in these masterpieces, which the Ensemble Fratres likes to live and discover with great appetite. Program to be defined among the following works.
 

  • Luigi Boccherini (1743-1805)
    Quintet « l'Uccelliera » Op.11 n°6, G276 
    Quintet Op.13 n°6, G282
    Quintet Op.25 n°1, G295
    Quintet Op.25 n°4, G298
    Quintet Op.46 n°3, G361
    Quintet Op.49 n°1, G365
     
    Franz Schubert (1797-1828) 
    Quintet D956
  • Duration of the concert: around 80’
    String quintet: 2 violins - viola - 2 celli
  • La musique de ce virtuose, désigné à seize ans violoncelliste soliste du Théâtre Impérial de Vienne, définitivement personnelle, est déjà propulsée au-delà du style baroque sans pour autant appartenir entièrement au style classique. Son œuvre, selon le catalogue de Yves Gérard publié en 1962 est forte de près de 600 œuvres. Elle semble toujours attendre un certain renouveau dans notre monde musical contemporain.
     
    Parmi les étrangetés à son catalogue (édité par Oxford University Press avec le support de la baronne Germaine de Rothschild), l’on trouve quatre-vingt-onze quatuors à cordes, presque autant que pour Joseph Haydn, et une ondée de quintettes à deux violoncelles, forme inventée par Boccherini lui-même, s'élevant eux, au nombre de cent treize !

STABAT MATER

Christ en croix entre Marie et Jean
(Albrecht Altdorfer, 1512)
A reunion of three great Stabat Mater in one single concert. The liturgical text of the Stabat Mater Dolorosa, written in the 13th century by the Franciscan monk Jacopone Da Todi, hasinspired many composers.
 
Ensemble Fratres proposes in the same program, a reconciliation of three perfectly complementary Stabat Mater, and representative of three distinct periods of writing. It has the privilege of offering this program with Maria Espada, soprano and Carlos Mena, countertenor.
 

  • Antonio Vivaldi - 1712
    Stabat Mater per contralto, archi e basso continuo RV 621

    Giovanni Battista Pergolesi - 1736
    Stabat Mater a due voci con violini, viola e basso

    Luigi Boccherini - 1781
    Stabat Mater per una voce sola (soprano), violini, viola e basso (G.532)
  • 2 soloists : Maria Espada, soprano; Carlos Mena, conter-tenor
    6 musicians : 2 violins – 1 viola – 1 cello – 1 doublebasse – 1 organ
  • • Variante 1
    Stabat Mater de Vivaldi – Boccherini – Pergolesi. 
    effectif : 2 solistes + 6 musiciens
    durée: environ 105’ 
     
    • Variante 2
    2 Stabat Mater de Vivaldi – Pergolesi. 
    effectif : 2 solistes + 6 musiciens
    durée: environ 60’ 
     
    • Variante 3
    Stabat Mater de Boccherini + une pièce instrumentale (Rosenmüller, Biber, Vivaldi...) 
    effectif : 1 soliste + 5 musiciens (sans orgue)
    durée: environ 60’
  • Antonio Vivaldi (1678-1741) est dans la trentaine lorsqu’en 1712 il reçoit une commande de l’église Santa María della Pace à Brescia pour écrire un Stabat Mater. Il s’agirait de sa première incursion dans le répertoire sacré. Composé pour une seule voix d’homme, d’une grande simplicité d’écriture, Vivaldi s’y exprime avec intériorité et une ferveur recueillie.
     
    Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) compose son Stabat Mater en 1736, peu de temps avant de mourir de la tuberculose. Il s’est retiré pour se reposer dans le monastère de Puzzuoli. La légende voudrait qu’il soit décédé avant d’en terminer l’écriture, rappelant sans conteste le mythe entourant la composition du Requiem de Mozart, et qui contribua certainement à ce que cette œuvre soit jouée partout en Europe. Certainement l’une des pages les plus poignantes et les plus vivantes de la musique sacrée.
     
    Luigi Boccherini (1743-1805) entre en 1770 au service de l'Infant d'Espagne Don Luis, qui lui commande un Stabat Mater en 1781 pour sa résidence de Las Arenas. Comme Vivaldi, Boccherini choisit de n’utiliser qu’une seule voix soliste, de soprano cette fois-ci. Une deuxième version verra le jour en 1801 pour trois voix, le compositeur souhaitant éviter la monotonie. La réussite de l’intégration de la voix dans un quintette à cordes tient certainement à la grande habitude qu’a Boccherini de composer pour cette formation, et fait de cette composition un véritable joyau de « musique de chambre sacrée ».

OSPEDALE DELLA PIETÀ

Vespers for the Nativity of the Virgin
Entrée du Grand Canal,
Venise. Canaletto (1697-1768)
The Polhymnia female vocal ensemble and the Ensemble Fratres immerse you in the intimate and collected atmosphere of Venice's Ospedale della Pietà by offering a program devoted exclusively to women's voices in Vivaldi's work.
 
The mission of the Venice’s Ospedale della Pietà was to help abandoned girls by providing them with a general education and a high-level musical education. By the ages of 10, some of them were selected by the governor and chapel master to be part of the Ospedale choir as singers or musicians.
 
This institution enjoyed a great reputation in Europe and frequently received renowned visitors. Pope Pius IV, J.-J. Rousseau or the famous Charles Burney came in person to listen to the young girls play and sing. And they all were transported by the quality of the show.
 

  • Gloria RV 589 for soloists, woman choir and orchestra (1678 - 1741)

    L'Estro Armonico Concerto for two violins and cello, RV 565

    Laetetus Sum, RV 607

    Ascende Laeta Montes Introduzione al Dixit for soprano and orchestra, RV 635

    Dixit Dominus Psaume 109 - RV 595, soloists, woman choir and orchestra
  • Duration of the concert: around 90’
    Female Choir : Ensemble Polhymnia (20 singers)
    11 musicians : 2 violins – 1 viola – 1 cello – 1 doublebasse - 1 bassoon – 2 oboes – 1 trumpet - 1 theorb – 1 organ
  • Cet ensemble professionnel dirigé par Franck Marcon est composé de 15 chanteuses qui s’investissent avec passion dans un chœur de chambre. L’Ensemble est un acteur de la vie culturelle suisse.
    La qualité vocale et l’engagement de chacune d’entre elles permettent à cette formation de poursuivre sa vocation orientée vers la création musicale contemporaine et sa diffusion à un public aussi large que possible en Suisse et à l’étranger.
     
    Polhymnia collabore étroitement avec des compositeurs de tous horizons et notamment suisses, qui écrivent spécialement pour l’Ensemble. Des œuvres de Jean-Sélim Abdelmoula, George Barcos, Nicolas Bolens, Elise Cieslak, Felicia Donceanu, Eric Gaudibert, Jean-Louis Gand, Adrian Kreda, Jean-Paul Liardet, Massimo Lunghi, Christophe Sturzenegger, Pierre Thoma et Julien-François Zbinden ont été ainsi données en concert en création mondiale.
    Le répertoire des XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles, constitue le deuxième axe d’activité du groupe. Polhymnia possède ainsi un répertoire étendu avec pour chaque projet et chaque époque une approche vocale, musicologique, organologique extrêmement précise et historique. Le chœur est particulièrement attaché à toutes ces collaborations artistiques. Ainsi, différents projets ont été engagés avec, entre autres, le Geneva Brass Quintet, l’Ensemble Fratres, le Quatuor Elixir et la Maîtrise du Conservatoire Populaire de Musique.
     
    La discographie de l’Ensemble Polhymnia est saluée par la critique pour l’originalité de ses projets ainsi que pour la qualité de son exécution. Depuis sa création, l’Ensemble vocal Polhymnia s’est fait entendre en Suisse, en France, en Roumanie, en Suède et en Hongrie. Il a représenté la Suisse au concours international de chant choral du Florilège vocal de Tours en France en 2004. L’Ensemble a été invité en 2009, pour un concert rétrospectif de l’ensemble des créations suisses qu’il a suscitées, par l’association suisse des musiciens (ASM) lors du festival de musique contemporaine – Voice – à Lausanne. En 2014, l’Ensemble a fêté ses vingt ans d’existence et de créations en proposant une nouvelle saison à Genève.
Copyright ® © ™ 2020